Pré et post chirurgies

Avoir une meilleure récupération lors d’une chirurgie, C’EST POSSIBLE!

Vivre une chirurgie est déjà une circonstance exceptionnelle dans votre vie. Que la chirurgie soit récente ou non, la massothérapie peut vous aider à prévenir certaines complications ou aider à amenuiser certaines séquelles existantes.

  • Selon la chirurgie, la séance de massage se fera sur table ou sur chaise adaptée.
  • Travail complémentaire avec la physiothérapie ou d’autres thérapies.

Types de chirurgies :

  • Orthopédique : cou, dos, épaule, coude, poignet, main, hanche, genou, cheville, pied, orteil
  • Dentaire : orthodontie, extraction dentaire, parodontose, etc.
  • Esthétique : visage, ventre, seins, cuisses, etc., liposuccion, lifting, etc.
  • Ablation d’un sein avec ou sans les ganglions (si récent, nécessite l’accord du médecin)
  • Cardiaque : après la chirurgie, aide à la diminution de la douleur, de l’anxiété, libère les tensions musculaires. (Le client doit être stabilisé dans la médication. Nécessite l’accord du médecin.)

Avantages avant la chirurgie :

Les rendez-vous peuvent être pris quelques mois à quelques semaines avant la chirurgie pour des résultats maximum, mais mieux vaut même quelques jours avant que pas du tout!

  • Diminuer le stress
  • Réduire les tensions et les douleurs liées à l’état déjà existant
  • Faciliter le glissement des tissus musculaires et des fascias, les uns contre les autres, pour une diminution du risque de raideur, de douleur et une meilleure cicatrisation postopératoire
  • Améliorer la circulation sanguine et lymphatique pour une meilleure irrigation de l’endroit opéré

Techniques utilisées :

Avantages après la chirurgie :

Prendre rendez-vous à raison de une à deux séances par semaine, pendant deux à trois semaines. Le drainage lymphatique peut être fait la journée même de la chirurgie, même s’il y a un pansement (sera fait plus haut et plus bas du site opéré). D’autres techniques seront ajoutées, selon ce qui est à travailler.

  • Diminuer le stress
  • Écourter la période de réadaptation et d’arrêt de travail
  • Réduire les raideurs, les douleurs, les ecchymoses et l’enflure
  • Faciliter le glissement des tissus musculaires et des fascias, les uns contre les autres, pour un meilleur mouvement articulaire
  • Réduire les risques de séquelles d’une cicatrice mal récupérée et mal guérie, à cause d’adhérences
  • Contribuer à réduire l’image de la cicatrice sur la peau
  • Restreindre les tensions et les douleurs occasionnées sur une autre partie du corps en raison des compensations avant et après la chirurgie